Home Blog

Thermomix TM5 de Vorwerk – SAV nul et clé buguée

0

Parmi les robots culinaires actuels et en vogue, on en retiendra un qui semble faire le bonheur de tous ! le TM5 de Thermomix. Un robot relativement couteux : + de 1000 € sur la balance, qui surfe sur un créneau qui ne semble pas encore pris d’assaut pour le moment.

Les commandes pleuvent et les délais s’allongent ! 2 mois d’attente pour recevoir la bête. Avec ça des vidéos postées et des tests un peu partout sur le net, et une envie irrésistible d’acquérir la bête… qui ne s’obtient qu’en mode réunion Tupperware. Ça vous rappelle des bons souvenirs ? Vous invitez vos amies (pas forcément amis hein !) et en route pour la démonstration et tout le marketing qui va bien… vous le voulez ? Alors soyez prêt à lâcher plus de 1000€ avec des facilités de paiement qui vous seront tout de même proposées.

2 mois plus tard ! le livreur sonne à la porte et vous laisse avec l’objet de vos désirs… et ensuite ! c’est là que tout s’achève.

Bah oui ! il faut bien un petit grain de sable dans le business. On commence avec les hostilités :

  • Le SAV = Un zéro pointé
  • Le forum = Pas mieux si il n’y avait pas des utilisateurs généreux pour aider la communauté
  • La fameuse clé recettes livrée : Elle est bourrée d’erreurs

Allez on arrête ici car rien que le SAV laisse pantois quand on vient de débourser 1000 € pour une machine que beaucoup convoitent.

Puisque 2 de mes chères sœurs ont acquis le TM5 il y a peu de temps, je n’allais pas resté silencieux sur le problème que tous les utilisateurs rencontrent :

Pour comprendre un peu le fonctionnement du Thermomix, il faut savoir que tout repose sur cette clé magnétique que vous connectez sur le côté de l’appareil. Sans elle ! ça ne fonctionnera pas à moins d’avoir mis quelques recettes en favoris. Vous voulez réussir un beau hachis parmentier ? Pas de bol car vous le raterez à coup sur en suivant la recette. La recette contient des erreurs sur les étapes à suivre…

Ne comptez pas sur Thermomix pour vous remplacez la clé, c’est le néant total si vous osez le demander. A 1100 € la machine ça fait plaisir !

Bien entendu ! plusieurs recettes contiennent des erreurs sur les 200 existantes

Quand on sait qu’il existe des clés supplémentaires à 30 € contenant d’autres recettes, on peut imaginer le faible cout de revient.

Une fois votre machine en main, il faudra vous débrouiller et avoir l’idée d’arpenter le forum pour rectifier les erreurs à la main car la clé n’est pas modifiable ni upgradable… un peu dommage tout de même. Les 50 recettes supplémentaires (par clé) vous couteront 30€ et il n’y en a que 3/4 pas plus !

Attention !Je ne fustige pas l’appareil qui reste un très bon robot… quoique 1100 € ça ne les vaut pas et loin de là ! mais quand on reste leader pour un temps, pourquoi se priver diront certains.

Si vous êtes prêt pour l’achat ! soyez hélas prêt aussi pour une clé buguée qui ne sera pas remplacée, avec en prime un SAV qui semble faire la sourde oreille sur plusieurs points. Le forum fonctionne grâce à de généreux utilisateurs et uniquement grâce à eux !

La machine reste néanmoins excellente au demeurant, et de nombreux sites vous en feront l’apanage de long en large et en travers !

SIAL 2016 – Quelles sont les nouvelles tendances alimentaires ?

0

mercredi 29 août 2018 Sign inBienvenue ! Connectez-vous à votre compte :votre nom d’utilisateurvotre mot de passeForgot your password? Get helpPassword recoveryRécupérer votre mot de passevotre e-mailUn mot de passe vous sera envoyé par email.SocialFoodAccueilSO’ LIFESTYLEEventsSIAL 2016 – Quelles sont les nouvelles tendances alimentaires ?ParAmandine Goetz – 21 octobre 201627670

Le SIAL Parisest le rendez-vous mondial de l’innovation alimentaire.

Ce salon biennal est la source d’inspiration de l’alimentation à travers le monde. Révélateur des tendances alimentaires de demain, il regroupe plus de 7000 exposants venant de 105 pays. Cette année, il s’est tenu du 16 au 20 octobre au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte.

Pour cette édition 2016, ce sont près de 2189 produits innovants qui ont été présentés à un jury d’experts pour une sélection de plus 520 produits alimentaires les plus innovants.

Quelles sont les tendances alimentaires 2016 ?

SKOOPS CUBES snack à partir de fruits secs et venant des Emirats Arabes Unis.

BEEF-IT snack de bœuf séché 100% Made in France.

RAW PALEO PROTEIN BAR barres protéinées brutes, naturelles et Vegan selon le régime Paléo, venant de Slovaquie.

FULFIL VITAMIN&PROTEIN BAR barres protéinées avec 9 vitamines en provenance d’Irlande.

RANGE OF SLICED VEGAN PRODUCTSgamme de produits Vegan, substituts de fromage et charcuterie en provenance de Monaco.

VEGE SNACK préparations de légumes en tranches 100% végétal et français.

LE PETIT POLENTA ET QUINOA de Sabarot, les céréales en boudin prêtes à trancher et à poêler venant de France.

S&V SMOOTHIES des petites gourdes fonctionnelles de smoothie aux fruits et légumes 100% naturel fabriquées en Espagne.

L’innovation alimentaire rejoint donc la tendance actuelle, celle de manger mieux avec une nourriture plus saine et équilibrée. Les marques ont compris l’importance que portent les consommateurs à leur santé et développent de nouveaux produits accès sur le naturel.

Quelles sont les nouveautés ?

Dans les allées du salon, certains stands ont particulièrement attirés l’attention. Comme celui de Micronutris qui est la première ferme d’insectes comestibles en France.

Pour ceux qui auraient du mal à grignoter des insectes, Micronutris a développé une gamme de produits comme des biscuits, barres énergétiques ou même du chocolat.

J’ai goûter le “ténébrion Tenebrio molitor” classique ou plus communément “le ver de farine” et hormis le côté croustillant, cela n’a pas de goût prononcé.

Quels sont les produits français phares ?

Michel et Augustinun incontournable !
Un stand qui ne désemplit pas, beaucoup de visiteurs du monde entier ont pu découvrir ces produits français. Heureusement que l’équipe de la marque était nombreuse !
La gamme de Michel et Augustin ne cesse de se développer avec évidement de nouveaux biscuits, mais aussi des crackers salés ou des jus de fruits. J’ai particulièrement aimé “L’incroyable Agrumade“, un mélange de pamplemousse, orange avec une pointe de citron.

Le Chocolat des Françaisun vrai régal !
Des tablettes de chocolat en fabrication artisanale, 100% pur beurre de cacao et made in France. Leurs packagings funs et colorés les distinguent parmi tous, les illustrations sont réalisées par plus de 50 artistes.

Moi qui suis amatrice de bon chocolat Suisse, je peux vous dire que dorénavant la France n’a plus rien à leur envier ! Le Chocolat des Français Noir 72% cacao est un délice, il fond dans la bouche et sans aucune amertume.

L’innovation coup de cœur ♥

Parmi plus de 520 produits alimentaires innovants, j’ai particulièrement aimé 24ICE, un produit frais et tendance ! Ce sont des glaces en tubes aux goûts de cocktails alcoolisés à 5%. Il existe 5 parfums différents : Limocello, Vodka Energy, Mojito, Pinacolada et Strawbery Daiquiri.

Cette innovation de Team Products BV provient des Pays-bas et n’est pas encore distribuée en France. Toutefois on peut les commander sur leur site internet www.24ice.com

J’ai testé la glace au Mojito et l’équilibre des goûts est très bien réalisé. Ni trop sucrée, ni trop alcoolisée, la glace est légère et très rafraîchissante. Ce produit risque de faire un carton si il sort en France !

Conclusion

Vous l’aurez compris, les tendances alimentaires de demain sont principalement accès sur les produits sains, nutritifs et de fabrication artisanale. Pour notre plus grand plaisir, le Made in France devient de plus en plus à la mode. Les productions et fabrications françaises restent un gage de qualité en France et à travers le monde.

Et vous, parmi ces innovations, lesquels vous donnent envie ?

Article précédentUn magasin M&M’s World bientôt à Paris sur les Champs-ÉlyséesProchain article5 indicateurs qui montrent que les Français veulent manger mieux !Amandine GoetzJe suis passionnée par la stratégie social media et la création de contenu. J’adore le principe qu’apportent les réseaux sociaux « échanger avec sa communauté pour développer un intérêt commun et évoluer ensemble ! ». Dans mon métier de Community Manager mes priorités sont : la créativité, la qualité du contenu et l’interactivité. J’affectionne particulièrement l’univers de la restauration et du snacking J

SO’FOOD NEWSLETTER

SO’FOOD CONNECT

SO’FOOD FACEBOOK

SO’FOOD TWITTER

Tweets de @SocialFoodFr

ADS

SO’FOOD INSTAGRAM

Voir Plus…Suivez-nous sur Instagram

SO’FOOD FACEBOOK

13 août 20158 août 2015

SO’FOOD NEWSLETTER

À PROPOS DE NOUSSocialFood ! un blog Food & Marketing collaboratif en mode digital. A partager et à consommer sans modération et sans restrictionContactez-nous: [email protected] © Copyright 2015 – Tous droits réservés

Restaurants en France élus sur TripAdvisor en 2016

0

TripAdvisor, le célèbre site d’avis et conseils donnés par les consommateurs, établit le top 10 des meilleurs restaurants en France. D’après des millions d’avis de voyageurs, les lauréats de 2016 sont :

1. Maison Lameloise

Avec 556 avis “Excellent” sur les 967 donnés, la Maison Lameloise est un restaurant de cuisine créative élaborée par le chef Eric Pras.

Les plats sont élaborés avec des produits du terroir et de saison, sublimés pour les mettre en avant. Doté dune grande rigueur technique, Eric Pras fait passer l’harmonie des saveurs avant tout.

Prix moyens 108 € – 215 €

Maison Lameloise
36 place d’Armes – 71150 Chagny-en-Bourgogne
Mail : [email protected]

Avec 569 avis “Excellent” sur les 1035 donnés, l’Auberge de l’Ill est un restaurant de traditions familiales tenu par le chef Marc Haeberlin.

Avec des spécialités comme le saumon soufflé ou la mousseline de grenouille, la cuisine de l’Auberge de l’Ill perpétue le savoir-faire du terroir Alsacien. Le chef Marc Haeberlin aime faire revivre les plats que son père a créé et trouver l’équilibre entre tradition et modernité.

Prix moyens 108 € – 215 €

L’Auberge de l’Ill
2 rue de Collonges au Mont d’Or – 68970 Illhaeusern
Tél : +33 (0)3 89 718 900

3. Auberge du Vert Mont

Avec 392 avis “Excellent” sur les 627 donnés, Le Vert Mont est un restaurant de cuisine sauvage et créative imaginée par le chef Florent Ladeyn.

Une carte courte et évolutive avec un menu imposé le soir, un service décontracté et des prix accessibles. Finaliste de l’émission Top Chef 2013, Florent Ladeyn avec son équipe ont pour objectif de “faire plaisir tout simplement”.

Prix moyens 40 € – 90 €

Le Vert Mont
1318 rue du Mont Noir – 59299 Boeschepe
Mail : re[email protected]

4. Epicure

Avec 809 avis “Excellent” sur les 1919 donnés, l’Epicure est le restaurant de l’hôtel Bristol à Paris. Les cuisines sont tenues par le chez Eric Frechon qui propose une cuisine gastronomique française de haute couture.

Le Chef des cuisines du Bristol Paris ne se fixe aucune limite. Si ce n’est celle d’exprimer le meilleur des produits du terroir et d’offrir à sa clientèle une part de rêve, un moment de grâce et de bienveillance, par le biais d’assiettes de haute volée.

Prix moyens 37 € – 94 €

Epicure
112 rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Tel : +33 (0)1 53 43 43 40
Mail : [email protected]

5. PUR’

Avec 341 avis “Excellent” sur les 714 donnés, le restaurant PUR’ de Jean-François Rouquette propose une cuisine créative inspirée par ses carnets de voyages.

« J’ai envie d’une cuisine goûteuse, sincère et signée ». C’est ce type de cuisine que l’on retrouve dans les assiettes de Jean-François Rouquette au restaurant étoilé Le Pur’, au Park Hyatt Paris-Vendôme.

Prix moyens 125 € – 195 €

PUR’ Jean-François Rouquette
5, Rue de la Paix – 75002 Paris
Tél : + 33(0)1 58 71 10 60
Mail : [email protected]

6. Christopher Coutanceau

Avec 582 avis “Excellent” sur les 836 donnés, le restaurant Christopher Coutanceau réalise une cuisine créative de goût.

Le chef Christopher Coutanceau, insuffle à ce restaurant un souffle nouveau, des créations, les beaux produits mis en avant et sublimés. Il réalise une cuisine créative de goût tout en respectant les produits locaux et de tradition, avec le respect qu’il se doit.

Prix moyens 68 € – 135 €

Restaurant Christopher Coutanceau
Plage de la Concurrence – 17000 La Rochelle
Tél : 05 46 41 48 19
Mail : [email protected]

7. PIC

Avec 498 avis “Excellent” sur les 758 donnés, le PIC est le restaurant d’Anne-Sophie Pic qui propose de cuisine en mouvement.

En quête d’offrir à ses convives une expérience gustative forte et surprenante, Anne-Sophie Pic travaille les ingrédients, modes de cuisson et techniques avec des saveurs inédites et complexes.

Prix moyens 195 €

PIC285 avenue Victor Hugo – 26001 ValenceTél : +33 4 75 44 15 3Mail : [email protected]

8. LE CINQ

Avec 619 avis “Excellent” sur les 1667 donnés, Le Cinq est un restaurant avec une cuisine de “saveurs, concentrée et en mouvement” selon la définition de son chef Christian Le Squer.

Parmi les plats signatures du chef étoilé, on peut citer le blanc de turbot à l’émulsion de pommes ratte truffée, les grosses langoustines bretonnes croustillantes et émulsion d’agrumes ou encore la chantilly d’huîtres. Christian Le Squer est un chef déterminé et serein qui se définit comme un créateur de saveurs et un compositeur de goûts.

Prix moyens 140 € – 468 €

Restaurant Le Cinq
31 avenue George V – 75008 Paris
Tél : +33(1) 49 52 71 54
Mail : [email protected]

8. Paul Bocuse – Auberge du Pont de Collonges

Avec 724 avis “Excellent” sur les 1730 donnés, l’Auberge du Pont de Collonges est un parcours initiatique à travers les hautes sphères de la cuisine française.

C’est l’esprit Bocuse, la musique de la cuisine classique. Il n’y a pas plus simple que cette cuisine, dépourvue de malice, éloignée de toute littérature. La soupe aux truffes noires V.G.E, les noix de coquille Saint-Jacques au beurre blanc ou le Loup en croûte feuilletée sont les incontournables de l’établissement.

Prix moyens 145 € – 200 €

Auberge du pont de Collonges
40 Quai de la Plage – 69660 Collonges au Mont d’Or
Tél. : 04 72 42 90 90

10. Auberge de la Marine

Avec 443 avis “Excellent” sur les 673 donnés, L’Auberge de la Marine est un restaurant de cuisine traditionnelle et inventive.

Les plats sont élaborés avec des produits bruts de qualités et de provenance locale.

Prix moyens 40 € – 74 €

Auberge de la Marine
A rue Florentin Lefils – 80550 Le Crotoy
Tél. : 03 22 27 92 44
Mail : [email protected]

Qui sont les grands-pères des célèbres marques Food ?

0

Ce dimanche 1er Octobre 2017 on célèbre la fête des grands-pères !
Pour l’occasion retrouvez ces célèbres marques, qui utilisent les “papys” sur leur packaging.

Mais savez-vous qui ils sont ?

KFC – Kentucky Fried Chicken

Tout le monde identifie la marque KFC avec ce fameux grand-père, que l’on retrouve sur leur logo, mais qui est-il ?

Et bien, le célèbre personnage KFC n’est autre que Harland Sanders son fondateur, qui a ouvert le premier restaurant en 1930. C’est à l’âge de 40 ans qu’il rachète une station service avec un restaurant, où il cuisine le poulet dans un poêlon en métal, selon une recette du sud des Etats-Unis.

Justin Bridou

Quand Cochonou est représenté par un cochon, Justin Bridou est forcément représenté par un grand-père, mais qui est-il ?

Le grand-père Justin Bridou est en réalité un personnage fictif, il représente le stéréotype populaire français en 1978, l’année de sa création.

Tyrrells

Tyrrells, la marque de chips anglaise, utilise simplement des personnages anciens pour illustrer l’authenticité de leurs recettes et produits.

Quaker

Quaker, l’expert de l’avoine et des céréales, fête ses 140 ans cette année. A sa création en 1877, la marque choisie d’utiliser cette homme au chapeau, mais qui est-il ?

A l’origine, le terme Quaker est un surnom utilisé par les membres de la Société religieuse des Amis, qui est un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle, par des dissidents de l’Église anglicane. L’homme au chapeau Quaker Oats, est donc une représentation à cette appartenance religieuse.

Uncle Ben’s

Aujourd’hui, tout le monde connait Uncle Ben’s, la fameuse marque de riz la plus vendue aux Etats-Unis de 1950 aux années 1990. Mais est-ce Uncle Ben’s a vraiment existé ?

En réalité Uncle Ben’s a bien existé, mais ce n’est pas son portrait que l’on retrouve sur le logo de la marque. A l’origine, dans la région de Houston au Texas, Uncle Ben’s était un riziculteur reconnu pour la qualité de son riz, à tel point que son nom servait de référence pour les autres agriculteurs. La marque Uncle Ben’s a donc naturelement utilisé son nom.
Quant à l’homme qui se trouve sur le logo, il a lui aussi bel et bien existé, cependant c’était unmaître d’hôtel dans un restaurant de Chicago.

Mais alors, pourquoi utiliser l’image du grand-père ?

Pour commencer, le fait d’utiliser une personne, en terme de communication, permet d’humaniser la marque. Au lieu d’y voir de simples produits de consommation, la marque est alors identifiée par le personnage qu’elle représente, afin d’insuffler une émotion positive. Le visage présent sur le packaging, devient alors familier dans l’esprit du consommateur.

En l’occurrence, lorsque l’image du grand-père est utilisée, cela permet à la marque de véhiculer certaines valeurs, comme l’authenticité et le savoir-faire, ce qui donne donc un côté rassurant aux produits.

Alors, connaissiez-vous vraiment ces personnages ?

Notre alimentation est-elle entièrement Hybride ?

0

De nombreuses questions se posent sur notre alimentation, comment est-elle faite, de quoi est-elle composée ou encore d’où vient-elle ? En s’interrogeant sur l’origine des produits, on cherche seulement à connaitre la provenance en remontant au producteur.
Mais pourquoi n’irions-nous pas plus loin, en ayant connaissance des semences agricoles utilisées ?

De nos jours, les agriculteurs sont bien loin des paysans traditionnels d’antan, où les termes “productivité” et “rentabilité” ne faisaient pas parti du paysage rurale. Une course à la production massive s’est engagée depuis plusieurs années et les solutions pour y faire face risqueraient d’être lourdes de conséquences.

Comment est-on passé du paysan à l’exploitant industriel ?

Aux origines, les semences végétales étaient libres d’exploitation. Autrefois elles étaient gérées par les paysans, qui les produisaient directement et se les échangeaient entre eux.

En 1932 la France crée le “Catalogue des espèces et variétés de plantes cultivées” pour encadrer la vente des différentes variétés de semences et protéger le consommateur, en lui assurant l’identité de ce qu’il achète.

Après la seconde guerre mondiale, la France cherche à reprendre son indépendance alimentaire et à intensifier sa productivité. C’est alors que l’INRA (Institut Nationale de la Recherche Agronomique) se tourne vers la solution de trouver différentes variétés végétales, qui permettraient de meilleurs rendements.

De nouvelles variétés dites “hybrides” sont ainsi conçues.
L’objectif étant de créer une homogénéité parfaite de culture du produit, pour assurer un meilleur rendement de production, des croisements de variétés végétales sélectionnées pour leur caractéristiques complémentaires, ont été développées par les semenciers.

Le principe des graines hybrides est de répondre à la demande industrielle, en certifiant une culture standard des produits clonés, où les végétaux auront le même aspect visuel et un gabarit identique, pour une production plus rentable.

A cette époque, les agriculteurs satisfaits par ces solutions plus économique, se sont formalisés à ces nouvelles semences hybrides et en 50 ans la production agricole française a doublé, avec une productivité multipliée par six.

Quel est le catalogue officiel ?

Aujourd’hui en France, le catalogue officiel des espèces et variétés compte plus de 9000 variétés appartenant à 250 espèces.

Toutes les semences inscrites dans ce catalogue ont été agrées par le GEVES, qui est en charge d’accorder un certificat d’obtention végétale pour chaque graine répertoriée.

Les semences sont donc classifiées dans ce catalogue, avec entre autres le “type variétal” qui permet de savoir si les graines sont hybrides ou non, ainsi que le nom de “l’obtenteur“, qui est donc le propriétaire de la semence.

Nous avons parcouru ce catalogue et avons pu constater que sur 85 variétés de carottes proposées, 76% sont des graines hybrides.
Mais surtout, nous avons été étonnés de découvrir que 100% des 282 variétés de pommiers sont exclusivement des clones, que les 1229 variétés de maïs sont toutes hybrides sauf une et que la mention “inconnu” est stipulée pour les 223 variétés de pommes de terre de consommation.

Au final, qui récolte les fruits des semences ?

Aujourd’hui les conséquences de cette surproductivité deviennent un enjeux majeur dans l’économie et l’alimentation mondiale. En 100 ans, ce sont près de 75% des graines cultivées qui ont disparues et la biodiversité se voit donc menacée par cette mise sous contrôle.

La création de ces semences hybrides a permis aux semenciers de breveter leur graines et par conséquent de devenir propriétaire de notre alimentation.

Pour créer ce nouveau marché, la solution fut de rendre stérile les graines, pour qu’elles puissent produire qu’une seule fois et créer le besoin chez l’agriculteur. En France, les agriculteurs sont finalement dans l’obligation d’acheter leurs semences agricoles dans le “catalogue officiel des espèces et variétés” et de verser des royalties aux semenciers.

Si un agriculteur produit ses propres semences, il lui ait interdit de les revendre ou même de les donner, mais surtout de commercialiser les produits issus de ses plantations. Ils deviennent alors tributaires des semenciers, qui fixent les prix de vente de leurs graines.

En exerçant les droits de propriétés industrielles, les semenciers se sont “appropriés le vivant” et en interdisant aux agriculteurs de commercialiser leur propres graines, ce sont de nombreux groupes industriels qui se sont emparés du marché.
Et parmi eux les 5 leaders que l’on retrouve sont :

  • MOSANTO – USA
  • DUPONT PIONEER – USA
  • LIMAGRAIN – France
  • SYNGENTA – Suisse
  • BAYER – Allemagne

Quels sont les risques de ce monopole ?

L’encadrement des semences agricoles se voit régie par de grands groupes industriels, qui par conséquent décident ce que nous mangeons.

Le gouvernement Norvégien a construit en 2008 le Svalbard Global Seed Vault, une chambre forte souterraine, qui constitue la plus grande réserve mondiale des graines de plantes nourricières. L’objectif de cette forteresse est de sauvegarder l’ensemble des graines cultivées sur la planète, pour recréer la biodiversité en cas de guerres ou catastrophes naturelles.

Cependant, les graines conservées sur du long terme, perdent leurs capacité de germer et de ce fait, seule leur séquence génétique pourrait être profitable.

Sur les 8 millions de dollars investi sur ce projet, on retrouve parmi les donateurs les multinationales semencières : Dupont Pioneer et Syngenta, mais aussi la fondation Bill et Melinda Gates, qui est l’un des actionnaire de Mosanto.

Etant ceux qui ont crée la monoculture et pris le monopole, la question se pose de savoir si cette biodiversité serait-elle réellement recréée et si oui, elle serait donc assurément génétiquement modifiée.

Existe-t-il des alternatives ?

Malgré la législation imposée aux agriculteurs, il existe encore des graines libres de droits. Plusieurs associations, dont Kokopelli, font volte face en aidant les agriculteurs à se procurer des graines bios et reproductibles.

Et si l’on constate notre évolution alimentaire actuelle, où l’offre des produits Bio, Végétariens et Sans Gluten se développe, on se rend compte qu’au final l’offre répond à la demande. C’est donc aux consommateurs de réagir pour que les choses changent !

Les saveurs naturelles du Brésil débarquent au SIAL

0

Le SIAL fait son retour du 21 au 25 octobre 2018, avec cette année de nouvelles saveurs brésiliennes et 100% naturelles !

Tous les 2 ans se tient le SIAL Paris, le salon qui réunit les innovations alimentaires du monde entier au travers de près de 7 328 exposants. Cette édition 2018 se déroulera du 21 au 25 octobre, au Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.

Cette année le Brésil débarque avec de nouvelles saveurs dans la Tendance Food du “Manger Mieux”, en proposant des produits 100% naturels.
En voici quelques extraits présentés par l’agence brésilienne Apex-Brasil, que vous pourrez découvrir sur le SIAL au pavillon national situé Hall 8.

Organique Energy

La boisson énergisante Bio et 100% naturelle, à la fameuse baie d’Açaï, connue pour ses vertus antioxydantes et que l’on trouve uniquement en Amérique du Sud. Mais aussi avec du Yerba Mate, un thé puissant et antioxydant, puis du Guarana comme source naturelle de caféine.

Coconut Water Obrigado

L’eau de coco 100% pure et naturelle, provenant de la ferme durable d’Obrigado à Bahia. L’engagement de cette marque est de fournir une eau de coco de qualité, tout en respectant l’équilibre écologique de ses plantations et en pratiquant le zéro déchet, où la fibre de coco est utilisée dans la fabrication de nouveaux matériaux.

Cashew Brasilian Forest

Le pesto brésilien de noix de cajou est un mélange 100% naturel.
Il a été élaboré par Brasilian Forest, une société spécialisée dans les aliments naturels aux vertus thérapeutiques, dans l’objectif de proposer un apport nutritionnel complémentaire à ajouter aux préparations culinaires.

Chips Frispy

Les chips de panais et brocolis 100% naturelles, sans conservateur et sans gluten.
La marque Frispy a pour objectif de proposer une collation nutritive, où le brocolis riche en vitamines C, fer et potassium, et le panais brésilien aux actions anti-inflammatoires et antioxydants, sont cuisinés à l’huile de coton avec une pointe de sel.

Parmi les 2 500 innovations qui seront présentées en avant-première mondiale sur le salon, encore bien d’autres saveurs brésiliennes sont à découvrir au SIAL.

Les Laitiers Responsables c’est quoi exactement ?

0

Candia lance “Les Laitiers Responsables”, une nouvelle gamme de lait pour laquelle la marque souhaite créer une offre, qui répond aux attentes des consommateurs en proposant un standard de qualité, tout en garantissant une juste rémunération de l’éleveur.

Candia-LesLaitiersResponsablesDans une volonté de transparence, Candia nous a invité à visiter l’un de leur élevage, ainsi que l’usine de fabrication du lait, on vous emmène découvrir ça avec nous !

“Les Laitiers Responsables” de Cadia c’est quoi ?

C’est en partant du constat que les tendances alimentaires des français évoluent vers le “mieux manger”, que Candia à décidé de créer “Les Laitiers Responsables” sous la marque GrandLait, une nouvelle offre qui se positionne entre le lait conventionnel et le bio.

Cadia-Les_laitiers_responsables-Gamme-LaitPour ce nouveau standard de qualité du lait, Candia a instauré une charte d’engagement pour “Les Laitiers Responsables” qui s’appuie sur 4 grands piliers :

  • Un lait de pâturage, où les vaches passent en moyenne 150 jours par an au pré.
  • Des animaux nourris sans OGM (<0,9%)
  • Le respect du bien-être animal
  • Une meilleure rémunération des éleveurs

En rappel, la marqueCandia appartient au groupe coopératif industriel laitier Sodiaal, la première coopérative agricole française et troisième en Europe, qui regroupe pas moins de 20 000 producteurs à travers 71 départements en France.

A quoi ressemble un élevage “Les Laitiers Responsables” ?

Candia-Les_laitiers_responsables-Vache_Montbeliarde

C’est dans le département de la Loire, que nous sommes allé à la rencontre de Patrice, qui élève un troupeau de 80 vaches laitières.

Patrice est donc l’un des éleveurs-sociétaires de la coopérative Sodiaal.

Un groupe qui collecte près de 4,7 milliards de litres de lait chaque année, auprès de
11 764 exploitations en France et qui possède également d’autres marques comme Yoplait ou Entremont.

L’élevage de Patrice est uniquement composé de Montbéliarde, une race bovine française mixte, car elle est l’une des premières laitières dans les appellations d’origines protégées, mais également réputée pour sa viande de qualité.

Candia-Les_laitiers_responsables-Vache-Montbeliarde-LaitSelon les critères de la charte d’engagement Candia pour “Les Laitiers Responsables”, les vaches sont au pré en moyenne 150 jours par an, selon les conditions météorologiques. Elles sont donc en partie nourries naturellement avec l’herbe du pâturage.

Candia-Les_laitiers_responsables-Vache-Lait-Montbeliarde-fourrageEt en complément, l’hiver quand l’herbe se fait plus rare ou lorsque que les vaches rentrent de pâture, elles reçoivent un mélange d’ensilage de maïs et de paille, dit “fourrage”. Cet assemblage céréalier est produit sans OGM et récolté directement sur l’exploitation de l’éleveur. Toutefois, le fourrage ne suffisant pas aux apports en minéraux et oligo-éléments dont l’animal a besoin pour son équilibre nutritionnel, son alimentation est donc enrichie avec des tourteaux (résidu obtenu après extraction d’huile végétale).

Comment se déroule la traite des vaches Candia ?

Deux traites sont réalisées chaque jour, une première est effectuée à 5h du matin, puis une seconde à 17h. En moyenne, une vache produit 20 à 30 litres de lait par jour.

Candia-Les_laitiers_responsables-Vache-Lait-traite-02

Candia-Les_laitiers_responsables-Traite-Vache-Lait

Dans un premier temps, les mamelles sont stimulées à l’aide d’un chiffon imbibé d’eau savonneuse. Ce geste est important, car il permet d’assouplir la peau du trayon pour faciliter l’éjection du lait et actionner certaines hormones comme l’ocytocine, afin de réussir à effectuer une traite complète et plus rapide. Mais également en terme d’hygiène, pour nettoyer les résidus organiques qui pourraient s’infiltrer dans la collecte.

L’éleveur place ensuite les griffes de la trayeuse sur les pis, le lait est alors directement acheminé par un système de tuyaux qui mène à un réservoir appelé “thank de lait”. Ce procédé, nommé “traite en lactoduc” est une méthode ancienne utilisée dés 1945. Les pis sont ensuite désinfectées, pour éviter tout risque de prolifération bactérienne.

Un camion-citerne se branche alors au thank de lait, sans besoin de la présence de l’éleveur, pour pouvoir effectuer sa collecte sur plusieurs sites de production dans la région.

Quelles sont les étapes de fabrication du lait Candia ?

Nous nous sommes rendu à l’usine Candia sur le site de Vienne, qui accueille
4 entreprises, dont Yoplait, sur une surface de 133 065 m².

Candia Les_laitiers_responsables-Usine

Candia Les_laitiers_responsables-Usine_Candia-Thank_de_lait-Ecremage-Pasteurisation

Le site de Vienne reçoit la collecte du lait effectuée chez les 2 090 éleveurs du Sud-Est, ce qui représente près de 290 millions de litres par an. A son arrivée, le lait encore cru est dépoté dans des tanks (citernes), qui peuvent contenir jusqu’à 250 000 litres.

Il est par la suite acheminé en phase de pasteurisation, ce qui consiste à chauffer le lait à entre 72° et 85° durant 15 seconde, pour éliminer les micros-organismes.

Le lait est ensuite passé dans une centrifugeuse, qui sépare le lait de la crème, c’est ce qu’on appelle l’écrémage. Cela permet après quoi de mélanger ces deux éléments en les dosant, pour produire les différentes variétés comme le demi-écrémé.

Enfin, le lait est stérilisé, une étape où il est chauffé 5 secondes à 138°, grâce à de la vapeur d’eau. C’est ce qu’on appelle la stérilisation UHT (Ultra Haute Température).

Il sera, pour terminer, conditionné en bouteille.

Cette nouvelle gamme de lait Candia “Les Laitiers Responsables” est disponible sous la marque GrandLait, en version demi-écrémé, en grande surface depuis mai 2018.

Crédit photos : Amandine Goetz

Les 5 Food Box à découvrir absolument !

0

Vous connaissez sûrement déjà les paniers recettes, cette fameuse sélection de fruits et légumes bio et de saison, mais connaissez vous les autres Food box ?

La Food Box est une sélection de produits que l’on reçoit chaque mois sur abonnement.
Le concept est de faire la découverte de nouvelles saveurs, mais aussi de d’avoir de belles surprises, car le contenu de la Box n’est pas révélé à l’avance.

De l’apéritif au café, il existe des Food Box pour tous les goûts !

La Food Box : APÉRITIF

La boit’ Apéro effectue chaque mois une sélection de produits apéritifs, issus de petits producteurs 100% français. La Box se compose d’une bouteille de vin accompagnée de plaisirs gourmands.

Le budget de départ est de 39 €

La Food Box : ÉPICERIE FINE

Gourmibox fait découvrir 5 à 7 produits d’épicerie fines tous les mois. La Box réunie des saveurs sucrées et salées, venue de France et d’ailleurs, accompagnées de fiches recettes.

Le budget de départ est de 29,90 €

La Food Box : CUISINES DU MONDE

Kitchen Trotter fait voyager les papilles à travers des Box conçues pour réaliser des menus typiques. Chaque mois, une nouvelle destination culinaire est proposée. La Box contient des ingrédients exotiques et nécessaires à la préparation de 4 recettes authentiques.

Le budget de départ est de 29,99 €

La Food Box : FROMAGES

Les Nouveaux Fromagers composent un plateau de fromages à déguster chaque mois. La Box isotherme est composée de 4 fromages sélectionnés et munis d’un livret de dégustation qui accompagne la découverte des produits.

Le budget de départ est de 19,90 €

La Food Box : CAFÉ

Previous capture

J’ai un Grain propose des Box qui contiennent un ou plusieurs paquets de 250g de café de qualité, en grain ou moulu selon votre machine. L’objectif de J’ai un Grain est de démocratiser le café de qualité.

Le budget de départ est de 15,00 €

Et vous, pour quelle Food Box allez vous craquer ?

Lancement de la Fondation pour l’Innovation et la Transmission du Goût

0

Une nouvelle Fondation sous l’égide de FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion) vient d’être créée dans l’objectif de soutenir des actions innovantes, visant à favoriser la transmission du goût et du bien manger, pour contribuer à lutter contre les inégalités sociales et les exclusions en matière d’alimentation.

On retrouve à l’origine de ce projet:

HOPSCOTCH

L’agence Hopscotch, le groupe spécialisé dans les relations publics, de l’événement et du web social, qui réinvente les « Global PR », en mixant tous les métiers de la communication : influence, événement, activation, digitalisation, communication interne, affaires publiques.

SOPEXA

En collaboration avecSopexa, l’agence internationale de communication 100% Food, Drink & Lifestyle, qui accompagne les entreprises, marques, collectivités et institutions dans leur développement et leur stratégie de communication et d’influence.

FACE

Le tout sous l’égide deFACE la fondation agir contre l’exclusion, créée en 1994 à l’initiative de Martine Aubry. C’est un réseau national de 72 structures locales qui développe des actions de prévention et de lutte contre l’exclusion, les discriminations et la pauvreté à partir des acteurs économiques sur plus de 350 sites en France et désormais à l’étranger.

La Fondation pour l’Innovation et la Transmission du Goût s’axe sur 4 champs d’actions :

Soutenir des actions pédagogiques

Spécialiste dans la structuration des repères chez l’enfant et l’évolution des familles, le psycho- sociologue Jean EPSTEIN expérimente depuis 30 ans des recherches scientifiques sur les incidences de l’alimentation dans la construction de l’identité.

Membre du comité de direction de la Fondation pour l’Innovation et la Transmission du Goût, il souligne l’importance du goût pour forger son identité culturelle et familiale, pour appréhender le langage, lutter contre l’exclusion au « bien manger ».

Mettre en place des actions prospectives

Procéder à la mise en place des actions prospectives en faveur de l’innovation sociétale, impliquant des experts de tout horizon pour alimenter les débats et mettre en œuvre des solutions. Pour exemple, Auchan Retail France a mené un travail collaboratif avec le Club France du Goût en 2016 sur la thématique « BIEN MANGER AVEC UN PETIT BUDGET » intégrant des experts pour initier des pistes de réflexions.

Produire des travaux et diffuser des messages auprès d’un large public

La fondation va développer des outils à caractère pédagogique à destination des publics sensibles. Des actions qui contribueront à encourager la vulgarisation et les bonnes pratiques alimentaires pour le plus grand nombre sous forme d’expériences et de façon ludique.

Soutenir des projets de recherche-action pluridisciplinaires en lien avec l’alimentation

En synergie avec les universités et les écoles, la Fondation mettra en valeur des sujets de recherche en lien avec l’alimentation. Pour développer des outils ou mettre en place des actions innovantes en matière de « transmission du bien- manger », la fondation fera des appels à projets (autour de l’évolution des comportements alimentaires par exemple) mais aussi mettra en place des dispositifs permettant de récompenser un travail de recherche autour de l’alimentation et du goût (que ce soit en sociologie, en nutrition …).

Vous aussi, transmettez le Goût de « manger mieux » !

La Semaine du Goût est de retour du 09 au 15 octobre 2017

0

Pour sa 28èmeédition, La Semaine du Goût revient sous le signe du “Partage”.
A cette occasion, les professionnels du secteur de l’alimentation viennent à la rencontre du grand public, pour faire découvrir la culture du patrimoine culinaire français et transmettre leur savoir au profit du bien manger pour tous.

Ce rendez-vous s’articule autour de nombreux événements, qui se dérouleront dans toute la France du 09 au 15 octobre 2017

Transmettre le goût aux jeunes générations

Placée sous le haut patronage du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, ce sont près de 200 000 enfants d’écoles maternelles et primaires, qui recevront des leçons de “Goût” à travers différentes activités.

De nombreux professionnels du domaine de l’alimentation, chefs de cuisine, boulangers, charcutiers, agriculteurs et bien d’autres, iront à la rencontre des enfants pour leur transmettre leur savoir et le goût du bien manger.

Cette année, des fiches ludiques et pédagogiques, validées par le CGSA (Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation), seront distribuées auxenseignants pour les aider à transmettre le goût du bien manger tout au long de l’année.

Une bande dessinée “Mission Miam”, reprenant les codes et le langage des enfants et spécialement créée par Sopexa, sera proposée dans les 2 500 écoles participant à la Semaine du Goût.

Les 11 et 12 octobre, plus de 100 professionnels d’excellence iront partager leur savoir-faire aux étudiants dans une quinzaine de lycées hôteliers et CFA de France.

Des starts-up et experts présenteront leurs innovations aux futurs chefs.
Et une conférence sur le thème “Santé, local, digital : les nouveaux enjeux de la restauration” abordera des sujets comme les nouveaux modes de consommation ou la digitalisation du secteur.

Bien manger avec un petit budget

L’enjeu majeur de la Semaine du Goût étant de transmettre une alimentation saine et équilibrée pour tous, cette année le premier parcours de course innovant a été mis en place par la Fondation pour l’Innovation et la Transmission du Goût en partenariat avec Auchan Retail France, pour accompagner les français vers “Le Bien Manger avec un Petit Budget”.

Ce parcours a pour objectif d‘aider les consommateurs dans le choix de leurs courses.
Les aliments intéressants au niveau nutritionnel et budgétaire, seront mis en avant par un balisage spécial en magasin durant la Semaine du Goût.

L’enseigne Auchan propose également plus de 20 recettes originales, élaborées à partir du panier de course et que les clients pourront facilement reproduire chez eux.

Toujours pour apporter des solutions budgétaire au bien manger, la Semaine du Goût organise “Chef sur le Campus”.
A cette occasion, des chefs partent dans les universités et répondent au défit de cuisiner dans les mêmes conditions que les étudiants. L’objectif étant de conseiller et apprendre aux étudiants qu’ils peuvent bien manger, tout en ayant un petit budget et un espace de travail limité.

Le Goût de l’innovation

La Semaine du Goût sera lancée le 09 octobre par l’événement “Food Revolution”.

Lors de cette journée, une centaine d’enfants découvrirons les habitudes alimentaires d’autres pays, pour y voir les origines d’une alimentation multiculturelle.

Une conférence sera tenue par des personnalités inspirantes, qui prendront la parole sur plusieurs thématiques sociétales et prospectives afin de décrypter les tendances food.

Des ateliers animés par des strats-up mettront en avant des innovations alimentaires, et proposeront de nouveaux services de consommation.

Cette année le goût est connecté avec Pinterest, qui proposera un compte spécial “Semaine du Goût”, où les utilisateurs pourront y trouver de nouvelles idées de recettes saines, gourmandes et petits budget, des plats anti-gaspillage et bien d’autre astuces culinaires.

Demotivateur Food donnera “Une leçon de Goût en Live”.
Pour tous ceux qui ne pourront pas accueillir de chef dans leur classe, des leçons de cuisine seront diffusée en live sur le compte Facebook de Demotivateur Food à partir du 09 octobre.

Producteurs et restaurateurs se mobilisent

Dans toute la France, des centaines d’animations sont organisées durant la Semaine du Goût :

Le 14 octobre : Le Rallye Gourmand
Une chasse au trésor est organisée dans les rues de Paris, où les petits comme les grands pourront suivre un jeu de piste mêlant culture et gourmandise.
Participation sur inscription en ligne

Du 14 au 15 octobre : La Balade du Goût
Ce sont près de 100 fermes franciliennes, qui se mobilisent pour faire découvrir la diversité des produits de la région.
Trouver la ferme la plus proche

Du 09 au 15 octobre : Les Tables du Goût autour de la Courge
À l’occasion de la Semaine du Goût, des menus spéciaux sur la courge seront élaborés.
Trouver les tables participantes

Du 09 au 15 octobre : Les Tables Campanile autour de la Poire
les restaurants Campanile proposeront des recettes spécifiques autour de la poire, un fruit de saison, peu calorique et fort en apport nutritionnel.

À propos de la Semaine du Goût®
Depuis 1990, cette manifestation donne l’occasion aux professionnels de la terre à l’assiette et au grand public, de se retrouver pour s’initier au goût et au bien manger, ainsi qu’aux richesses du patrimoine culinaire français, tout en s’inscrivant dans le cadre d’un mode de vie équilibré. S’étant dissociée du CEDUS, elle est orchestrée par le Groupe Hopscotch et est placée sous le Haut Patronage du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.